Suite aux divers commentaires qui interpellent la responsabilité du pasteur au sein de sa famille et dans l’éducation de ses enfants, Rosiny Deronette, sans gêne, a tenté de minimiser l’affaire, mettant en avant les conséquences que pourrait avoir une quelconque intervention brutale de sa part.

Soyons clairs : personne ne peut oser demander à M. Deronette de lapider publiquement sa fille par des propos injurieux qui pourraient avoir des impacts psychologiques et des conséquences néfastes sur la santé mentale de sa fille de 18 ans. Cependant, l’on est en droit de se questionner sur les valeurs morales et sociales qu’il inculque à ses enfants.

Un pasteur, en plus d’être un homme de Dieu, est également un choisi, mis à part pour assurer une charge beaucoup plus lourde que sa famille. Il doit, en ce sens, être au dessus de tout soupçon et éviter autant que possible les scandales qui nuisent à son image.

Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre, dit la bible. « Et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas », lit-on au 6e verset du 22e chapitre des Proverbes. Si porter un anneau à son nombril est, aux yeux du pasteur, la manifestation d’une simple folie de jeunesse, l’on pourrait se demander si M. Deronette a bien cerné les responsabilités qui s’attachent au titre de pasteur qu’il s’est donné.

Deronette semble avoir, pour une fois, entendu la voix de la raison. Dans une autre vidéo postée au cours de la journée du mercredi, sa fille s’est excusée (à la demande de son père) et a promis d’enlever l’anneau.

Étant donné que ses contenus sur les réseaux sociaux plaisent à beaucoup de ses fans et les aident à chasser le stress, qu’il s’adonne de préférence à ce champ d’activité au lieu d’augmenter les scandales qui font tort à l’évangile de Jésus-Christ.

The post Quand Rosiny Deronette défend l’indéfendable appeared first on Haiti24.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *